Skip to main content

Posts

Showing posts from 2014

Destiny, ce joyau méconnu

Si je vous dis Michael Jackson, vous allez me dire "les Jackson 5", "Thriller", "Bad", "Black or white" ou "histoire louche avec des enfants"... Je vous rajoute une pincée de Moonwalk et j'ai fait le tour de la perception "grand public" du personnage.
Aujourd'hui je vous parle cependant d'un album inratable et pourtant bien souvent méconnu des oreilles non averties (rappelons qu'une oreille avertie en vaut deux, et c'est toujours plus pratique d'avoir deux oreilles!) : DESTINY

Petit rappel des faits :
1968, le petit Michael (10 ans) et ses frères passent une audition chez la célébrissime MOTOWN (Marvin Gaye, Diana Ross, Stevie Wonder et Hocus Pocus (eh oui!)) avec une imitation réussie du Godfather James Brown. S'en suivent 8 ans de tournées non stop et de Hits (ABC, I want you back, I'll Be There, Sugar Daddy, Dancing Machine pour en citer quelques uns)

1976 : épris d'une liberté qu'on leu…

Keziah Jones' African Space Craft returns (la chronique 20 ans trop tard)

Qu'on ne se laisse pas abuser par le très radiophonique "Million Miles From Home", première piste de ce second opus spatial expédié par Keziah Jones en 1995, qui n'est là que pour assurer une transition subtile entre le son du premier album et celui de cet "African Space Craft", électrifié à la centrale nucléaire!




On a bien là à faire à l'un des albums les plus sous-évalués des années 90, l'album que Jimi Hendrix aurait fini par faire si son élan funky n'avait pas été coupé par trop d'alcool et de vomi, celui qui n'aurait pas dépareillé dans le vaisseau spatial africain de Funkadelic, le son énergique sans fioriture d'un Dirty Mind princier, un Power-Trio électrique et sonique que seul dérange ici ou là un violon... La batterie frappe puissamment et volontiers en contretemps, la basse claque, les cordes par 2, 4 ou 6, grognent et hurlent sur la guitare de Keziah... Un bon son brut pour les tonitruants!

Morceaux de choix :
le Funkadeli…